Applications de traçage de contacts: entre doute et inquiétude

This content is not available in the selected language.

Un collectif d’universitaires, dont certains membres du LabCMO, cosignent ensemble une tribune pour demander un débat public ouvert et transparent pour encadrer le recours aux applications de traçage de contacts déployées dans le cadre de la Covid-19. Cette initiative est née à la suite d’une séminaire spécial en ligne organisé conjointement par l’Université de Montréal et le LabCMO le 8 mai dernier.

Le déploiement des applications numériques de traçage soulève en effet des enjeux sociaux et juridiques cruciaux, en termes notamment de sécurité et de protection de la vie privée.  L’efficacité technique de ce traçage ainsi que la faisabilité de sa mise en œuvre opérationnelle dans des conditions démocratiques acceptables demeurent encore questionnables, estiment les auteur.e.s.

Les signataires :

  • Alexandra Bahary (UQAM)
  • Guillaume Blum (Université Laval)
  • Stéphane Couture (Université de Montréal)
  • Hugo Cyr (UQAM)
  • Claire Estagnasié (UQAM)
  • Louise Laforest (UQAM)
  • Guillaume Latzko-Toth (Université Laval)
  • Tracey Lauriault (Université Carleton)
  • Anne-Sophie Letellier (Crypto.Québec, UQAM)
  • Fenwick McKelvey (Université Concordia)
  • Marie-Jean Meurs (UQAM)
  • Florence Millerand (UQAM)
  • Mélanie Millette (UQAM)
  • André Mondoux (UQAM)
  • Madeleine Pastinelli (Université Laval)
  • Serge Proulx (UQAM)
  • Jonathan Roberge (INRS)
  • Stéphane Roche (Université Laval)
  • François Tanguay-Renaud (York University)
  • Sophie Toupin (Université McGill)

This content has been updated on 19 October 2020 at 17 h 21 min.