VIDÉO | Les promesses de l’IA et (dés)information en ligne

This content is not available in the selected language.

Le 20 novembre 2020, le LabCMO et le CIRST présentaient une conférence-débat intitulée Les promesses de l’IA et (dés)information en ligne. (Re)découvrez cette le contenu de cette conférence.

DATE DE LA TABLE RONDE : Vendredi 20 novembre 2020, 10h à 12h
INTERVENANT.E.S :
Jonathan Roberge, professeur agrégé, INRS
Julie A. Gramaccia, étudiante au doctorat en Sciences de l’information et de la communication, Université Bordeaux Montaigne et Université Laval
Jean-Hugues Roy, professeur, École des médias, UQAM
Valérie Bélair-Gagon, professeure adjointe, Hubbard School of Journalism and Mass Communication, University of Minnesota.

RÉSUMÉ :
La couverture médiatique récente sur l’intelligence artificielle (IA) tend à être marquée par un biais pro-innovation, au détriment d’une réflexion plus poussée sur les multiples manières dont l’IA vient aujourd’hui travailler le champ médiatique même. Or les capacités de la technologie en termes notamment d’analyse, de prédiction, de compréhension du langage ou d’écriture automatisée sont autant d’enjeux et de risques. Pour les journalistes, il s’agit sans doute de composer de plus en plus avec une « augmentation » de leur métier via l’automatisation de plusieurs tâches et la prise en compte accrue de métriques dynamiques (analytics, corrélation algorithmique publicités/nouvelles, etc.). Pour les plateformes, qui agrègent les contenus médiatiques et qui sont les grands bailleurs de fond et principaux consommateurs de l’IA, la question en est une d’éditorialisation des contenus présentée comme neutre alors qu’elle ne peut l’être par définition. Détection des fake news, gestion-modération automatisée des commentaires, mais aussi personnalisation massive et effets de boîte noire sont autant de réalités différenciées et contradictoires. Pour les publics et leurs pratiques informationnelles, enfin, les promesses de l’IA ont sans doute à être évaluées à l’aune de l’autonomie et de la réflexivité —versus la personnalisation justement— mais également de la capacité de l’information en ligne à (re)-créer un espace public, commun et politique.

This content has been updated on 24 March 2021 at 15 h 41 min.